L‘histoire de l’horloge de la Vieille Ville

Tout le monde connait la légende du malheureux destin de maitre Hanuš, créateur de l’horloge astronomique de Prague. Les échevins, de peur qu’il ne construise pas le même chef d’oeuvre ailleurs, lui ont fait crever les yeux. Pour se venger il a arrêté l’horloge et Prague a perdu son orgueil – pendant cent ans personne n’a su la réparer. Maitre Hanuš avait-il vraiment été le père du monument célèbre de la place de la Vielle Ville, à quelques pas seulement de l’hôtel Rott?

Une autre version de l’histoire raconte que le maitre a prédit une grande guerre au moment où l’horloge se mettrait en marche de nouveau. En 1866, une des grandes réparations a été réalisée et la guerre austro-prussienne a sévi sur notre territoire… Mais en vérité tout s’est passé un peu différemment.

Horloge unique mais pas seule

Malgré l’effort des échevins praguois vous trouverez dans le monde plusieurs répliques de l’horloge – lui-même avait trouvé l’inspiration dans l’astrarium à Padoue en Italie provenant de Giovanni de Dondi (1364). Vous trouverez le modèle de l’hôtel de ville avec son horloge dans le parc des miniatures Mini-Europe à Bruxelles. Des copies fidèles se trouvent à Tokyo ou à Soul. Ce modèle a certainement inspiré aussi les horloges modernes à Kryštofovo Údolí et à Stara Bystrica en Slovaquie.

Mais aucune d’elles n’est visitée chaque année par 27 seigneurs tchèques, exécutés sur la place de la Vielle-Ville le 21 juin 1621 pour la participation à l’insurrection contre les Habsbourg. Ils observent en silence la célèbre horloge astronomique et chaque tout petit écart de fonctionnement est un signe que les temps difficiles s’approchent dans les pays tchèques.

C’est ce que la légende dit. Mais revenons à maitre Hanuš. Son vrai nom était Jan Růže et en 1490, il a juste un peu aménagé le mouvement d’horlogerie. Sont considérés comme concepteurs l’horloger Nicolas de Kadau et l’astronome Jana Šindel, car la première preuve de l’existence de l’horloge remonte au 9 octobre 1410. Les statues ont été rajoutées au cours du 15e siècle.

Démon caché dans l’horloge

Cela parait incroyable, mais 300 ans plus tard la célèbre horloge astronomique de la tour de l’hôtel de ville de la Vieille-Ville s’est retrouvée dans un tel état pitoyable qu’elle a été menacée d’être retirée. Le patriote, Antonín Strnad a contribué à la renaissance de l’horloge. Pendant la réparation générale en 1866 la statue du coq a été ajoutée.

Le peintre célèbre, Josef Mánes a dessiné le nouveau calendrier avec les signes du zodiaque, les mois de l’année et le symbole de la Vielle-Ville de Prague. Il est intéressant de savoir que pas très longtemps après, il a commencé à souffrir d’une maladie mentale et qu’il est devenu fou – la nuit, il se promenait dans l’horloge de la Vieille-Ville avec une bougie dans la main.

Les histoires qui racontent qu’il ne faut pas intervenir dans l’horloge sont-elles vraies ? Un grand nombre de savants chrétiens l’évitaient, car ils disaient que sa vraie fonction n’était pas de montrer l’heure, mais de s’emparer des âmes humaines. Cet œil de diable vit prétendument de l’énergie des visiteurs qui regardent avec stupéfaction ce grand spectacle…

Pendant votre séjour à Prague découvrez les miracles de l’horloge de Prague

Il y a de quoi. L’horloge est unique et pas seulement d’un point de vue historique. Le cadran astronomique montre la position du Soleil et de la Lune, les différentes heures et autres données. Le calendrier indique la date actuelle et les fêtes chrétiennes. Les douze apôtres défilent dans les deux fenêtres et les statues sur les côtés symbolisent les péchés et l’éducation.

Parmi elles c’est la figure du squelette la plus redevable. Un jour, il doit annoncer les temps difficiles pour la nation tchèque. La seule personne qui puisse l’en empêcher est un garçon, né dans la nuit du nouvel an, qui au moment du premier hochement de la tête du squelette et avant le dernier coup de la cloche parcourt toute la place de la Vielle-Ville, en partant de l’Eglise de Notre-Dame de Tyn.

Une autre légende est également aussi optimiste. Il s’agit de la légende d’un piaf qui est passé par la mâchoire ouverte du squelette dans la prison de la tour de l’hôtel de ville où un chevalier rebelle condamné à mort était enfermé. Lorsque la cloche a sonné le piaf a réussi de nouveau à passer par la mâchoire ouverte du squelette et à se libérer. Le condamné l’a compris comme un signe de dieu et il a été bientôt libéré grâce à la fin des luttes.